Parole d'honneur

Parole d’honneur

Je me souviens lorsque j’étais enfant, lorsque nous cherchions à convaincre, à donner confiance, nous utilisions les expressions « je te promets » ou « j’te jure ».

Et si cela ne suffisait pas nous rajoutions « Parole d’honneur ». Ces expressions avaient du sens dans nos coeurs d’enfants.  Ce contrat moral suffisait à rassurer son interlocuteur, copains ou parents. Respecté ou non, il forgeait notre réputation. 

Cette expression « parole d’honneur », je ne l’entends plus… Ni chez les petits, ni chez les grands. 

Cela m’amène à la réflexion suivante : pris à part ou regroupés, quelle est la valeur de ces mots aujourd’hui dans notre pays ?

LA PAROLE (logos)

Par extension l'intelligence puis la logique.


Il fut un temps où la parole valait de l’or en France… Ne pas la tenir jetait l’opprobre sur le contrevenant, déshonoré ! La tenir le rendait noble. 

Il fut un temps où la parole était une arme à double tranchant… ne pas la maitriser envoyait le contrevenant en duel. La maitriser pouvait au contraire le prémunir du duel ou l’engager dans un combat physique ou verbal gagné d’avance. 

Pour la petite histoire les duels furent combattus en France comme des troubles à l’ordre public et parfois durement réprimés (et considérés comme des assassinats) : Richelieu, par exemple, y voyait un risque d’extinction de la noblesse, et quelques nobles furent même exécutés pour cette raison…

Plus récemment, en 1967 ! Gaston Deferre, célèbre homme politique français, traite un autre parlementaire d’«abruti» : ni une, ni deux, l’abruti en question, Roger Ribière, demande réparation, et un duel est organisé à Neuilly. Ce sera le dernier duel officiel organisé en France (un duel au premier sang et non un duel à mort).

Ces deux exemples expriment bien, à mon sens, l’importance des mots, l’utilisation qu’il en est fait et les conséquences liées à leur usage. Et ce depuis la nuit des temps ! 

Question de testostérone diraient certains ou certaines !  Je ne le crois pas. Du moins plus aujourd’hui. Les temps ont changé. Certaines expressions ont été bannies - à tort ou à raison - de notre vocabulaire, anglicisées ou remplacées par des expressions utilisées normalement par SMS.  On ne doit plus dire « un balayeur » mais « un technicien de surface », on ne parle plus d’accueil dans les entreprises mais de « onboarding ». Lol ! Notre belle langue française s’appauvrit tant à l’écrit qu’à l’oral et c’est bien triste car nos comportements aussi. Certes de belles initiatives émergent notamment avec les concours d’éloquence mais c’est encore trop marginal. Bien dommage quand on voit les résultats sur les personnes qui se sont lancées dans ce type de projet. Confiance retrouvée, assertivité, maitrise des mots et beauté du discours. 

La parole est donc un formidable outil de développement personnel et de défense en même temps, car celui qui maitrise les mots saura aussi maitriser ses émotions et avancer en toute sérénité sur le chemin de la vie. L’autre, celui qui ne maitrise pas ses mots et sa parole, celui qui ne fait que répéter ou copier exprime avec force son déracinement, son manque de confiance, d’ouverture, de créativité et son incompétence.

Prendre la parole c’est oser, c’est expérimenter. C’est affronter le regard des autres. Cela demande du courage.

Donner sa parole c’est un don, un cadeau, un échange qui engage une certaine réciprocité. C’est faire confiance, c’est s’ouvrir pour partager voire co-construire. Cela demande du coeur.

Notre monde moderne n’a jamais autant parlé de bonheur, de bienveillance, de positif, des mots qui ont du sens mais utilisés à toutes les sauces. Pour autant rappelons-nous que le plus important n’est pas la maitrise des mots mais bel et bien l’intention qui se cache derrière. La parole reprend alors son utilité d’arme à double tranchant : soit poison, soit cadeau.  Tout est question d’éthique et d’honneur. 

L’HONNEUR

L'honneur est une marque de vénération, de considération attachée elle aussi à la vertu et au mérite. Consécutivement, l'honneur est donc une forme d'estime dont on jouit après le combat comme une récompense.

Simone Weil décrit l'honneur comme un moteur de l'âme : « L'honneur est un besoin vital de l'âme humaine (Extrait de son livre « l’Enracinement).

Aujourd’hui lorsque je demande autour de moi quel sens tient l’honneur, il m’est souvent rétorqué que c’est quelque chose qui s’est perdu. Tantôt attribué aux militaires ou autres corps en tenue, tantôt aux mafieux, ce mot ne raisonne que très peu dans l’esprit des gens et les exemples spontanés sont dérisoires. Au contraire les réponses du style « on ne peut plus faire confiance en personne » « dans notre société hyper-individualiste c’est chacun pour soi » « Les valeurs affichées sont belles mais servent surtout à séduire le client, pas le salarié ! », fusent ! « On se protège par des contrats de 10 pages ». « On se surveille ». On joue au client mystère au lieu de penser collaboratif. Quel paradoxe quand on voit le nombre d’articles ou de formations sur l’intelligence collective, sur l’entreprise libérée, sur l’éthique etc. Quel paradoxe de voir le nombre de coachs augmenter de façon exponentiel et de constater que le nombre de burn-out ne baisse pas. Je ne souhaite stigmatiser personne en particulier  mais  il y a tout de même un problème… Le monde a toujours eu sa part d’ombre et sa part de lumière et le 21ème pièce nous prouve que l’Homme est constant dans sa démarche. Il y a toujours eu de la concurrence mais avant il y avait des codes qui étaient respectés. 

Dans le monde complexe où nous vivons, certains estiment qu’il faut se battre pour survivre, pour garder un train de vie, ou du pouvoir. D’autres lâchent prise et écoutent leurs besoins et envies profonds. Chacun son chemin mais que diable un peu de déontologie et de courage. 

Au sein de 109, toute l’équipe des ICEBREAKERS cherche surtout à se tourner vers ceux dont la sincérité ne fait pas de doute, ceux qui voient dans leurs engagements une vraie mission.
Nous nous tournons aussi vers d’autres horizons, comme vers l’ Allemagne, l’Italie ou encore la Suisse qui attachent autant d’importance (ou une vraie valeur) au contrat verbal qu’au contrat écrit (cf. notion de promesse : Loi fédérale complétant le Code civil suisse (Livre cinquième: Droit des obligations)). 

Cohesion.jpg

PAROLE D’HONNEUR

Pour terminer je vais simplement reprendre cinq dictons venus d’ailleurs :  

    • Entre gens d'honneur, parole vaut contrat. Italie

    • La parole est comme l'eau, une fois versée, on ne la ramasse pas. Proverbe saharien

    • Paroles du coeur, vont au coeur ; paroles de la langue, aux oreilles tout au plus. Proverbes Arabes

    • As-tu donné parole ? tiens-la ; Ne l'as-tu pas donnée ? tiens bon. Proverbes Russes

    • Ne dit jamais du mal de tes concurrents : mes grands-pères.

Libre à chacun de gérer sa parole, de la donner et de la respecter. 

N’oublions pas que c’est aussi une question de réciprocité et que les promesses méritent d’être tenues. Sujet ô combien d’actualité pour nombres d’entreprises.


Utiliser son pouvoir personnel pour s’engager envers le bien commun, ou par opposition à la création de son bien individuel isolé (telle est la philosophie de l’ubuntu , bien connue sur le continent africain).

Copiez, collez autant que vous voudrez : il faut des suiveurs. Ou alors inspirez et transformez vous en pionnier. Il y a de tout dans la nature !

Question de choix, de cohérence et d’élégance !

Intuition.jpg



Chez 109 Exploration nous avons constitué une équipe, une tribu de ICEBREAKERS pour travailler sur le sens (A la fois cause et direction).

109 Exploration vous accompagne donc - depuis 2015 - sur la voie de l’inspiration (le bon air) et de l’expiration (le sale air). Un second souffle pour du sang neuf et une optimisation du potentiel individuel et collectif efficace et équilibrée.

Tenons-nous droit (1), changeons de regard, coopérons (0) et créons l’avenir ensemble (9) pour le bien-être commun afin que notre regard dans le miroir nous rendre fier.
C’est cela le concept 109.

« Nous ne pouvions pas dire que nous ne savions pas » 

 Jacques Chirac - Sommet mondial du développement durable de Johannesburg, en 2002.


is-nature-agile-13-638 (2).jpg